Livre d'or de Sylaphianes

livre d'or du site consacré à l'écriture du roman
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 16) - Du sel sur les joues et de l'encre...

Aller en bas 
AuteurMessage
Nelofer
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 189
Age : 36
Localisation : Rouen (76)
Perso préféré dans "Syla"? : Bonne question, peut être Fréo!
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Chapitre 16) - Du sel sur les joues et de l'encre...   Dim 22 Avr - 12:29

Guillaume se leva, et tendit une main à Syla pour l'aider à se relever, elle lui arrivait à peu près à la poitrine, il devais effectivement faire plus de deux mètres...
Les deux nouveaux amis se dirigèrent vers la piste de danse improvisée et commençèrent à se déhancher. Syla fut visiblement surprise de voir que Guillaume savait très bien danser et qu'apparement il adorait ça, ça tombait bien, Syla aussi. Elle s'abandonna alors à la musique et son corps suivit les vibrations expulsées par les grosses enceintes, ses hanches balançaient en rythme sacadé ses bras décrivaient des arabesques, son dos suivait les ondulations sensuelles que suggérrait la musique lorsque les percutions se taisaient pour laisser place à une douce mélodie et ses jambes savaient marquer le tempo en frappant le sol en rythme. Syla était une habituée des boites de nuits, de la musique vibrante et tribale qui la pénétrait comme une drogue et s'insinuait dans ses veines pour ne plus faire qu'un avec elle. Elle dansait très bien, ses mouvements étaient fluides et sensuels mais elle semblait transformée par la musique. Syla la douce, la gentille, la drôle n'existait plus lorsqu'elle était envoutée par cette musique palpitante, elle lançait des regards sauvages pleins de défi à ceux qui l'observaient et elle prenait des attitudes presques bestiales, se courbant en deux dans une posture d'attaque, ses yeux dorés reflettant le feu de joie, avant de reprendre ses déhanchés gracieux qui séduisaient visiblement ses spectateurs maculins tout en agaçant la partie féminine de ce public improvisé. Très vite, les autres danseurs s'étaient tournés vers elle pour la regarder bouger. La chaleur de la danse s'insinuait rapidement en elle, le front brûlant elle retira son blouson qu'elle jetta au sol, le corps fumant dans l'air frais du soir, elle consumait son énergie au rythme percutant de la musique. Fréo avait délaissé Nanou et s'était accoudé au bout du bar en sirotant un cocktail vert et jaune les yeux levés vers Syla, il semblait un peu surpris, mais il souriait.
Youha qui riait avec un de ses invités se retourna aussi et regarda un instant Syla en souriant, avant de décrocher son regard de la jeune fille et de faire un tour d'observation, presque tout le monde la regardait danser, il fonça sur elle et l'attrappa par un bras et la tira vers lui avant de lui dire:
-Monte sur le bar Syla, tu sera mieux pour danser, personne ne pourra t'embetter, vas y monte! il l'encouragea d'un geste de la tête et Syla se dirigea vers le bar, elle grimpa dessus et recommença à bouger, dispersant son énergie telle une flamme lutant contre le vent, souple, imprévisible et hypnotisante... Fréo la regardait toujours, les yeux plus brillants à mesure que son verre se vidait, il ne la quittait pas de son regard d'argent fondu. Quelques instants plus tard, alors que les invités dansaient doucement tout en observant Syla, Youha s'était dirigé vers la table du DJ, attrapa un micro et il se mit à crier:
- CA VA CE SOIR?
La trentaine d'invités se mit a crier tès fort, ceux qui ne s'étaient pas encore levés pour danser s'approchaient de la piste caillouteuse, les gens s'échauffaient, la barmaid étallait des cocktails multicolores sur le bar et entre les jambes de Syla qui dansait toujours sur le zinc, prise dans le tourbillon de la musique, Syla ne vivait plus que pour ça.
-JE VEUX VOUS ENTENDRE HURLERRRRR!
"OUAIIIIIIIIIIIS"
L'alcool tournait, la tête des invités aussi, et Syla du bientôt déscendre du bar sous peine de tomber sur les galets, elle avait beaucoup bu et même si elle tenait la route, son équilibre n'était plus aussi bon. Elle dansait dans les bras de Guillaume qui balladais ses bras autour de la taille de Syla qui se rapprochait de plus en plus de lui, le regard brouillé par l'alcool, les deux jeunes gens se lançaient des sourires complices tout en adoptant des postures suggestives sur la musique qui faisait palpiter leurs coeurs. Syla était visiblement épuisée mais elle n'en tenait pas compte, et faisait de son mieux pour garder le bon rythme. Sans doute pour ne pas laisser penser qu'elle avait un peu trop bu, et peut être aussi pour faire croire qu'elle était capable de danser toute une nuit sans baisse de forme.
La voix de Youha résonna soudain si fort, que tous les danseurs s'arrêtèrent instantanément:
-BAIN DE NUIT!!!!!! QUI VEUT SE BAIGNER? LE DERNIER A L'EAU FAIT UN STRIP-TEASE INTEGRAL!!!!
D'un seul mouvement la foule s'agitta, certain se mirent à courrir vers la rive sans même retirer leur chaussures, d'autres prirent le temps de se déchausser et de retirer quelques vetements en courrant, se qui provoqua quelques chuttes, Guillaume retira son sweat et son tee shirt ainsi que son jean large et ses chaussures se retrouvant ainsi en caleçon et se mit à courrir vers la mer, Syla jetta ses chaussures et courrut aussi vite qu'elle put vers l'eau sans prendre le temps de retirer ses grandes chaussettes ni sa robe, en seulement quelques minutes tout le monde s'était jeté à l'eau, dans les vagues glacées. Certains avaient hurlé au contact de l'eau gelée, surtout les filles, d'autres avaient plongé dans l'eau comme s'ils étaient en plein été et éclaboussaient déjà les autres qui ésayaient de se protéger de ces éclaboussures frigorifiantes en levant les bras vers leur visage, Youha lui s'était contenté de tremper les pieds dans les vagues et faisait le malin:
-Ah ah, j'avait dit les derniers à l'eau, pas les derniers trempés....
Certains sortirent de l'eau, attrapèrent le petit malin et le firent couler plusieurs, fois, cette blague entraina une bataille d'eau géante et lorsque tout le monde se calma enfin et se décida à sortir de la mer l'expression "trempé jusqu'au os" avait pris tout son sens pour la totalité des fêtards... Syla avait étée coulée plusieurs fois aussi, elle sorti avec peine de la mer, ses cheveux colés au corps comme un rideau de douche, dégoulinante elle se dirigea vers le feu ou certains baigneurs s'étaient déjà regroupés pour se sêcher et se réchauffer. Syla glissa et fut déséquillibrée un instant mais une main l'attrappa par le bras à ce moment là:
-Et ben dis moi... Heureusement que je suis là, je t'ai sauvé la vie deux fois ce soir... Dit une voix moqueuse.
Syla se releva et se retrouva face à deux perles d'acier poli qui la regardaient. Syla plongea alors ses yeux d'or dans le regard froid de celui qui l'avait aidé, Fréo étira ses lèvre en un sourire bienveillant et chaleureux et Syla frissonna en rougissant avant de s'appuyer sur Fréo pour continuer à avancer sur les galets glissants.
-Je suis gelée dit la voix de Syla qui tremblait de manière incontrolable.
Fréo rit, et laissa Syla s'asseoir aupès du grand feu, Syla retira ses grandes chaussettes exposant ses jambes et ses pieds nus au feu.
-c'est quoi sur ta cheville? demanda Fréo avec curiosité.
-un tatouage. Répondit Syla.
-ça représente quoi?
-une tête de loup et deux dragons... Répondit-elle, ...mais c'est pas moi qui ai choisi... Se défendit-elle d'un geste.
-A bon? S'étonna Fréo.
-Oui, c'est ma mère qui m'a faitre tatouer quand j'étais petite...Expliqua t'elle. D'ailleurs je me dis toujours qu'elle devait être sacrément bourrée quand elle m'a fait ça, parce que c'est pas du tout son genre...
-ah oui? S'intérressa Fréo.
-Oui elle est plutôt du genre stricte et coincée... En plus elle déteste les contes et les légendes, tout ce qui sort de la réalité lui hérisse le poil, alors les dragons... Elle devait être bourrée... Ou alors elle ne veut pas me le dire mais c'est peut être pas elle qui a décidé de me faire tatouer...
-Comment ça...
-Ben j'ai jamais connu mon père, il nous a quitté lorsque j'avais deux ans, et il semblerait que ce tatouage m'ait été fait à la même époque... ma mère soutient qu'il nous a abandonné pour vivre ailleurs, mais je me suis toujours demandé si c'était pas lui qui m'avait fait tatouer et que ma mère l'avait viré à coup de pompes pour ça... ça lui ressemblerait plus... Enfin je crois que je le saurais jamais....
-Ah... S'exclama t'il l'air compatissant, il regarda le feu un instant, puis soudainement il se releva et dit:
-Je reviens dans pas longtemps, si tu veux tu n'as qu'a m'attendre ici...
Syla aquiesca et se tourna vers le feu pendant que Fréo s'éloignait du camp à grands pas. Une voix forte fit sursauter Syla:
-Je croyais que tu ne connaissais que Youha et Nanou? demanda une voix nuancée de reproche.
-Tu m'as fait peur, répondit-elle une main sur le coeur.
-Ce mec, c'est un copin à toi?
-Qui ça? Fréo?
-Je suppose... Le gars qui vient de partir du camp... Dit Guillaume regardant le feu en prenant un air faussement indifférent .
-C'est pas un de mes amis, je ne le connais que depuis ce soir, c'est mon... "chauffeur"...si on veut. Dit Syla en souriant à Guillaume.
-Vous avez l'air de bien vous entendre...Dit-il en se tournant vers Syla, lui aussi souriait, mais il semblait un peu crispé.
-Il est sympa... Commença Syla.
-Et beau mec...
-Non s'indigna Syla
-Non? Répondit-il sceptique.
-Enfin oui, Hésita Syla, enfin, il est mignon, mais... Je veux dire, c'est pas mon type... Conclue-t-elle brutalement en dévisageant Guillaume, un sourire poli aux lèvres.
-Pas ton type... répetta Guillaume en rigolant. Il se tourna vers le feu en souriant.
-Oui bon d'accord, je m'explique pas très bien, il est vraiment mignon mais je sais pas, y a un truc chez lui qui me dérange mais je saurais pas dire quoi. Dit Syla en haussant les épaules. Guillaume se tourna de nouveau vers elle et la regarda dans les yeux, elle rougit et il sourrit.
Elle ajouta l'air convaincue:
-En plus il est trop vieux!
Syla eu un frisson violent qui l'obligea à claquer des dents, Guillaume lui frotta le dos un instant pour la réchauffer avant de lançer:
-Attends moi là Syla je reviens. Guillaume se leva et s'éloigna du feu l'air heureux et détendu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sylaphianes.site.voila.fr/index.html
Nelofer
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 189
Age : 36
Localisation : Rouen (76)
Perso préféré dans "Syla"? : Bonne question, peut être Fréo!
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 16) - Du sel sur les joues et de l'encre...   Dim 22 Avr - 12:30

Lundi 04 Mars 16h
Je viens de me lever et je suis... NAZE... Trop creuvée, je me suis couchée ce matin il devait être 11heures. Youha avait encore organisé une fête géniale hier, et il m'a invité, c'était vraiment chouette de sa part étant donné que j'ai dit non aux quatre dernières... C'était génial, une fête sur la plage de Dauville, j'aurais jamais cru qu'il irait jusqu'a bricoller une boite de nuit sur une plage de galet pour faire une fête originale. Mais ça, c'est du Youha tout craché!
C'est un collègue du père de Youha et Nanou qui m'a emmené à la fête, une nouvelle connaissance de Youha qu'il a forcément inclu à son cercle "d'invités". Il s'appelle Fréo et franchement y a pas que son prénom qui est bizarre, il est vraiment spécial ce mec là, il est plus vieux que moi, il à au moins vingt-cinq ans même si il n'en parait que vingt ou vingt-deux, et en plus il à un travail super important pour un grand créateur, c'est génial parce qu'il a une super belle voiture et qu'il m'a servi de chauffeur pour aller à la fête et aussi pour rentrer, mais il a un comportement insouciant pour un mec de son age avec un boulot aussi prenant.
Il est galant et gentil, mais il fait un peu froid dans le dos. C'est le genre de mec qui semble bien sous tout rapport, classe et bien élevé, mais il n'hésite pas à draguer une gamine de quinze ans (il a dragué Nanou presque toute la nuit) et en plus à faire du charme à toute les nanas qui lui plaisent dans une fête... Il est vraiment beau, mais il est étrange, il a de superbes yeux gris et un sourire magnifique mais quand je le regarde dans les yeux je ne peux pas m'empêcher d'être mal à l'aise, son regard est si froid...
Bref, j'ai rencontré un garçon super gentil à la fête de Youha, il s'appelle Guillaume et c'est un teufeur comme il dit, il est super cultivé et intelligent, mais il a préféré arrêter ses études pour faire la fête... Il est immense, il mesure au moins deux mêtres au départ je me suis même demandé si il faisait pas du basket.Il est vraiment craquant avec ses yeux noirs au regard tendre, et son sourire franc, il est rassurant et calme, réfléchi et posé. Il est vraiment chouette.
J'ai dansé comme jamais je n'avais dansé hier, ça fait vraiment du bien même si j'avais l'impréssion d'être comme envoutée par la musique qui entrait dans mon corps comme une drogue, j'aurais fini par m'écrouler de fatigue à force de danser comme ça et j'était vidée quand Youha à lancé le bain de nuit...
Le bain de nuit.... Quelle folie, on est en plein mois de mars et je peux confirmer que ce n'est pas du tout conseillé de faire ce genre de trucs, je suis malade à creuver, j'ai pas de fièvre mais je n'arrive plus à respirer tellement mon nez est pris et j'ai l'impression d'avoir avalé une rape à fromage tellement ma gorge me fait mal. Je me suis réveillée au moins sept ou huit fois cette nuit parce que j'étais en train de m'étouffer... Qu'es ce qu'on peut être débile quand on est bourré, la mer était glacée, et il a fallu qu'on plonge tous dans l'eau comme des cons. Et pis moi franchement quelle bourique, j'ai même pas retiré mes fringues avant de plonger, je me suis retrouvée incapable de me sêcher devant le feu et sans vêtements de change, je tremblait de partout, heureusement Guillaume m'a pretté son sweat, qui était tellement grand qu'il pouvait me servir de robe sans problème, je me suis changée derrière la bache, y avait plein de vent, j'ai jamais eu aussi froid de ma vie, mais heureusement quand je me suis glissée dans le sweat tout chaud de Guillaume ça allait mieux, j'ai enfilé mon blouson par dessus et j'ai viré mes chaussette, et ça m'a évité de revenir ce matin avec une pneumonie. Guillaume s'était mis dos à moi pour me prottéger du vent et des regards indiscrets pendant que je me changeait derrière la bâche, et quand j'ai enfillé son sweat, il s'est retourné, il m'a regardé dans les yeux, il a glissé un de ses bras autour de la taille en passant sous le sweat. Il était tellement fort et doux à la fois, c'était très perturbant. Avant que j'ai eu le temps de décider si je voulais où pas qu'on aille plus loin, il m'a embrassé... C'était exitant, et puis moi quand je suis bourrée je ne sais plus réfléchir alors on a passé le reste de la nuit à s'embrasser et à se carresser, si bien qu'on à fini dans son van, il était si tendre... lorsque Fréo à frappé à la porte du vieux van pour me raccompagner chez moi on s'était endormi comme des larves sur les sièges arrière, Guillaume à juste eu le temps de me dire qu'il partait pour une grosse teuf dans le sud dans cinq jours mais il à pris mon numéro de téléphone, il m' a promis de m'appeller très souvent, on se vérra dans deux semaines, il dormira à la maison...
Fréo ne parlait pas beaucoup au petit matin, je crois que lui aussi il était creuvé, il s'était enmitouflé dans un gros manteau noir avec une énorme capuche, il avait le visage rougi et il avait mis des lunettes de soleil, je pense qu'il devait avoir la gueule de bois. Quand on est enfin monté dans son beau cabriolet, il avait remis la capotte et les vitre s'étaient teintées en noir c'est beau la technologie, les vitres qui se teintent automatiquement quand on à la gueule de bois Ha Ha Ha....
Moi je me suis endormie comme une souche au bout de dix kilomètre et je n'ai ouvert les yeux que devant chez moi, lorsque Fréo me réveilla en me chuchottant à l'oreille:
-Mademoiselle Syla est arrivée à destination... Il faut se réveiller...
Sa voix moqueuse me résonnait encore dans le crâne quand je me suis couchée dans mon lit à côté de Béluga qui ne m'a pas épargnée et qui a quand même réclammé sa bouffe avant que je ne me couche...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sylaphianes.site.voila.fr/index.html
 
Chapitre 16) - Du sel sur les joues et de l'encre...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livre d'or de Sylaphianes :: Catégorie temporaire du site en construction. :: Roman :: Le Roman, chapitre par chapitre-
Sauter vers: