Livre d'or de Sylaphianes

livre d'or du site consacré à l'écriture du roman
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 22) - Mélisse

Aller en bas 
AuteurMessage
Nelofer
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 189
Age : 36
Localisation : Rouen (76)
Perso préféré dans "Syla"? : Bonne question, peut être Fréo!
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Chapitre 22) - Mélisse   Mer 16 Mai - 3:44

Ils marchaient, oubliant la froidure de la nuit, ils riaient et parlaient fort, ils contournèrent le parc, s'engouffrèrent dans une ruelle perpendiculaire à l'avenue qui longeait le parc, et au bout d'une trentaine de mètre tombèrent nez à nez avec un contenaire à verre recyclable adossé au mur du parc et recouvert d'une grille métalique de protection, parfaite échelle impovisée pour atteindre le haut du grand mur sans trop dépenser d'énergie!
Le jardin des plantes. Le seul endroit de Rouen où l'on est protégé de la pollution lumineuse qui nous empêche de voir les étoiles, on est à la fois dans la ville et à mille lieues de penser aux voitures et aux immeubles.
Une fois grimpés sur la bène, les deux amis s'entre-aidèrent pour grimper sur le rebord en pierre qui était un peu éloigné de leur escabaut de fortune. Les branches d'arbre leur griffaient le visage mais ils s'en fichaient, ils avaient sans doute trop hâte de trouver la nature!
Ils marchèrent quelque mètre en équilibre sur le rebord du mur à trois mètres du sol environ lorsqu'ils apperçurent la fin du mur, il était rataché à une nouvelle grille qui n'était pas terminée par des pointes mais par des pommes de pins en fer, arrondies au bout, beaucoup moins dangereuses pour se laisser glisser à l'intérieur du parc plutôt que contre les longues pointes éffilées qui ornaient le devant du jardin...
Vlad s'accrocha le premier aux pommes de pins et avec souplesse il se laissa glisser à l'interrieur trois metres plus bas, comme s'il s'était agit d'une simple formalité. Syla attrapa fermement deux pommes de pins et possa un pied hésitant sur le petit rebord en fer de la barrière, elle n'était pas fière, en équilibre à trois mètres du sol, Elle décrocha ses pieds un par un du rebord en fer et laissa glisser ses jambes contre les barreaux. Syla n'avait pas pensé à rentrer son tee-shirt dans son pantalon et lorsque elle lacha les pommes de pins pour sauter à l'interrieur...
SWOUF!
Syla se retrouva accrochée en l'air par les manches de son tee-shirt qui était accroché à une des pommes de pins en fer! La jeune fille se débattit un instant contre la barrière tandis que Vlad qui était presque plié de rire tentait sans grand succès de la décrocher de là.
Un bruit sourd accompagna la chute de Syla qui tomba sur Vlad après qu'il ait finalement réussi à la détacher de la grille.
-Hum! C'est pas que t'es lourde... commença Vlad avec un sourire en coin.
Syla se releva précipitement en rougissant, mais dans l'obscurité Vlad ne vit rien et se releva a son tour l'air détendu et serain. Ils étaient enfin dans leur petit univers. Il s'éloignèrent à grand pas de la grille et des lumières artificielles oranges de la ville pour pénétrer dans la profondeur de la nuit, les branches des arbres les carressant au passage comme dans un signe de bienvenue.
Ils avançèrent au coeur du parc, ce n'était pas la forêt sauvage qu'ils auraient sans doute voulu parcourir, mais un joli jardin avec des pelouses bien entretenues et des sculptures joyeusement disposées ça et là... mais curieusement, dans le silence nocturne et l'obscurité, le parc prennait un aspect sauvage, comme si l'absence des hommes l'avait rendu à la nature...
Syla aurait juré entendre les arbres respirer si ce n'était le souffle glacé de la brise qui ondulait dans ses cheveux...
Les deux amis s'allongèrent sur la pelouse de gazon moelleux, en journée elle semblait douce comme de la moquette tellement était belle , verte et drue, très ressérées et taillée à la hauteur idéale... Mais c'était juste de l'herbe, et l'herbe... ça gratte!
Il n'empêche que les deux amis ne changèrent pas de place, ils écoutaient les brins d'herbe crisser dans leurs oreilles au moindre mouvement, le paon criait, perché dans les hautes branches de l'arbre au dessus d'eux, et ils fixaient les étoiles....
Ces magnifiques étoiles... et la lune, blanche et ronde comme une perle précieuse...
Ils se perdirent à contempler le ciel en silence, le dos humide et les oreilles bourdonnant des bruits que faisaient les animaux, au bout d'un certain temps, Syla commençait à avoir froid, la terre était fraiche et elle frissonnait sous ses vetements.
-C'est vraiment bien ici... Déclara soudain Vlad à voix haute... Ses mots semblaient déchirer la nuit.
-Chhuttt! Fit Syla en se relevant à demi, un doigt sur la bouche. Elle continua à voix basse: Il y a un gardien tu sais!
-PFF! Et tu crois pas qu'il a autre chose a faire à cette heure-ci? Franchement on fait pas de mal! Répliqua Vlad l'air moqueur, mais en radoucissant un peu son ton.
-On se lève? j'ai un peu froid! demanda-t-elle à son ami.
-Ok!
Les deux amis se levèrent et reprirent leur ballade, ils contournèrent une petite maison à colombages qui devait être une remise de grain ou un vieux moulin en d'autres temps, lorsque des bruits étranges leurs parvinrent. Apparement ils n'étaient pas seuls dans le parc, et ceux qui étaient présents étaient beaucoup moins discrets qu'eux. Des paroles incompréhensibles prononcées par 2 hommes, une voix sèche leurs parvenaient ainsi qu'une autre voix rageuse qui répondait comme pour protester, tandis que des bruits de chocs répétés ponctuait leurs phrases. Vlad prit Syla par la main, et se dirigea vers la source du tumulte en prenant soin de rester caché par les buissons qui dégageaient une odeur de terre fraichement retournée. Les arbustes étaient un peu trop rares à son goût dans cette partie du parc. Il arrivèrent près d'un chemin et au croisement, il distinguèrent de loin un grand homme vêtu d'un grand imperméable qui semblait donner des ordres à un autre homme qui était accroupi devant l'autre, caché dans l'ombre, il semblait secoué d'étranges convulsions.
Vlad entreprit de faire le tour du buisson pour mieux voir l'homme qui était au sol, trainant toujours Syla derrière lui qui tremblait de peur.
-Mais enfin tiens-la mieux! S'exclama l'homme en imperméable de sa voix sèche et fatiguée. Tu n'es vraiment bon à rien!
L'homme au sol semblait en difficulté et répliqua en serrant les dents:
-J'aimerais bien t'y voir elle est vachement corriace la petite... Aïe!! Saleté elle m'a mordue! Il semblait plus jeune que l'autre au son de sa voix. Syla ouvrit de grand yeux soudain, elle venait de comprendre, elle chuchotta à Vlad:
-C'est une fille! Ils agressent une fille! Regarde! Le doigt tremblant Syla désigna deux formes dans l'ombre qui frappaient le sol près de l'homme accroupi. Ce sont ses pieds que l'on voie...
Soudain, Vlad lâcha Syla et sorti des buissons en courrant vers les deux hommes, Syla horrifiée, sorti a son tour pour tenter de le rattraper mais c'était trop tard, il n'était déjà plus qu'a un mètre de l'homme en imperméable qui, en entendant le martellement des pas de Vlad derrière lui, se retourna. Syla eu le temps de déchiffrer une expression de surprise qui fut brisée par le poing que Vlad lui écrasa sur la machoire qui ceda dans un craquement terrible. Les mains de Syla se plaquèrent sur sa bouche tandis que l'homme en imperméable tombait au sol apparement inconcient.
Vlad ne semblait pas être dans son état normal, la rage déformait ses traits. L'homme qui était au sol lâcha sa victime qui hors d'haleine, rampa hors du chemin pour fuir ses agresseurs. Vlad se jetta alors sur l'homme les pieds en avant et l'atteignit en pleine poitrine, ce qui les fit tomber au sol tout les deux, Vlad se retourna alors aussitôt sur sa "proie" et se jetta sur lui de nouveau ses mains repliées comme des serres sur le cou de sa victime qui se mit à tousser, Vlad le souleva de terre le tenant toujours par la gorge. Son visage fut un instant éclairé par un rayon de lune, l'agresseur devait être à peine plus agé que lui et était vêtu d'un blouson de cuir noir et d'un jean, il devint rouge. La jeune brute tenta de faire lâcher Vlad en lui griffant les avant-bras. Puis, le visage bleuissant progressivement il jetta ses jambes en l'air pour frapper Vlad qui le tenait fermement au dessus du sol. Tout en agitant les bras de manière désordonnée, la panique dans ses yeux exorbités, il suffoquait silencieusement. Et, en tentant encore d'aspirer de l'air et en levant faiblement le bras pour tenter une dernière fois de se dégager, il s'immobilisa, les yeux se retournant dans leurs orbites.
Vlad le jetta alors au sol, ses membres rebondirent sur le sol, ses bras en croix et ses jambes pliées dans une posture grotesque. La rage peinte sur le visage et les yeux étrangement sombres Vlad s'appretta à l'achever en lui assenant un puissant coup de talon sur la gorge quand Syla se jeta soudain sur le bras de Vlad pour le repousser en hurlant d'une voix térrorisée:
- NOOOOOOOOOOON...
Vlad ne fut même pas ébranlé par Syla, il s'arrêta semblant sur le point de la repousser loin de lui comme s'il s'agissait d'une simple poupée, mais l'ombre noire qui lui couvrait le regard se dispersa alors et comme s'il retrouvait soudain une concience perdue, il reposa doucement son pied dans les graviers. Ses yeux d'abord rivés sur les deux hommes étendus sans connaissance, térrorisé par ce qu'il venait de faire, il se retourna un instant vers Syla qui le fixait les yeux agrandis par la térreur, sans quitter Syla des yeux, il secoua doucement la tête comme pour nier ce qu'il venait de faire. Il leva doucement son autre bras vers elle mais celle-ci se mit à trembler comme une feuille tandis que ses yeux dégoulinaient de larmes. Vlad se retourna alors et s'enfuit en courrant dans la nuit, laissant son amie terrifiée, seule entre les deux hommes inanimés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sylaphianes.site.voila.fr/index.html
Nelofer
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 189
Age : 36
Localisation : Rouen (76)
Perso préféré dans "Syla"? : Bonne question, peut être Fréo!
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Re: Chapitre 22) - Mélisse   Mer 16 Mai - 3:44

Lorsque Syla reprit ses esprits, elle se précipita vers l'homme en imperméable qui était le plus proche d'elle. Il avait la machoire pendante et plein de sang dans la bouche, mais elle l'entendait respirer par le nez. Il avait la machoire cassée et il était inconcient mais il n'était pas en danger. Il semblait agé pour un délinquant, mais elle n'eu pas le temps de s'attarder à la reflexion, car elle en s'approchant de l'autre homme, beaucoup plus jeune, son estomac se contracta. Il parraissait mort.
En tout cas il ne respirait plus. La bouche et les yeux à demi ouverts, il était allongé sur le dos, les bras en croix dans un blouson de cuir noir, totalement immobile. Elle se remit a trembler violemment et sa bouche se tordit pour laisser échapper une voix suppliante à peine audible:
-Non, non....non...non...
Elle s'approcha de l'homme, et tenta de voir si une veine palpitait sur son cou mais elle ne voyait rien et elle n'osait pas le toucher, des larmes de peur lui brouillaient la vue et tout ses membres tressautaient alors qu'elle tenta de détacher un téléphone portable qui était accroché à la ceinture de l'homme au cuir. Elle fit le numéro des urgences, et le printemps des quatres saison de Verdi raisonna dans son oreille pendant une dixaine de très longues secondes avant qu'une voix trop forte s'éleva du combiné:
-Centre d'appel des urgences bonjour?
La voix de Syla explosa alors dans la nuit alors qu'elle débitta un flot hystériques de paroles incohérentes pour expliquer ce qui s'était passé. Des larmes lui roulaient abondement sur les joues avant d'être éssuyées par le vent glacial et dans la nuit raisonnait la voix grésillante de l'urgentiste qui tentait de calmer Syla pour lui expliquer quoi faire en attendant les ambulances.
Elle s'agenouilla près du corps du jeune agresseur et verrifia d'une main tremblante si il y avait un pouls et, la voix chevrottante elle annonça qu'il n'y en avait pas. La voix grésillantes parla de massage cardiaque et de bouche à bouche, Syla se pencha sur l'agresseur et malgré son évidente panique suivit les conseils de l'urgentiste en appuyant de tout son poids sur sa poitrine plusieurs fois de suite pour tenter de faire repartir le coeur. Elle appréhendais de sentir le contact froid des lèvres mortes du jeune-homme quand vint le moment de lui basculer la tête vers l'arrière et de lui souffler dans la bouche pour qu'il respire à nouveau. Le paon lança un cri depuis les branches d'un arbre et elle sursauta. Elle tremblait de tout ses membres quand ses lèvres entrèrent en contact avec la peau tiède qui sentait le sable et la transpiration. Elle souffla alors tout l'air qu'elle avait pu emmagasiner dans ses poumons.dans la bouche du jeune-homme, sa main s'enfonçant dans le sable humide du chemin.
Elle refit celà pendant de longues minutes avant de crier à l'urgentiste dans le combiné sa voix pleintive toujours teintée d'hystérie:
-ça marche pas, ça marche pas! Il est mort! Il est mort! Il l'a tué!
-Qui l'as tué, vous avez vu? demanda la voix crépitante dans le combiné.
-Oui... je...non...je sais pas qui c'est! J'ai vu deux homme agresser quelqu'un, je me suis approchée, un homme leur à sauté dessus (sa voix devenait de plus en plus précipitée). Il a frappé le vieux en plein visage et il a soulevé l'autre du sol et l'a étranglé...et il est mort maintenant.... Elle s'étouffa dans un sanglot, elle avait du mal à respirer.
Soudain elle les entendit, les sirènes résonnaient surement depuis plusieurs minutes mais elle ne les avaient pas entendues, trop concentrée dans ce qu'elle faisait, elle percevait déjà des voix et des pas précipités se disperser dans le parc, le gardien avait du ouvrir la grille.
-Allo? allo? Mademoiselle? Mademoiselle, dites moi qui vous êtes? La voix crépitait toujours dans le combiné mais Syla était téroisée. Qu'allait il lui arriver maintenant? Il faudrait qu'elle raconte comment elle était rentrée ici, et avec qui, ils finiraient par savoir pour Vlad...
Vlad...Cette pensée rouvrit la déchirure qui lui avait morcelé le coeur lorsqu'elle avait vu cette ombre noire, cruelle et sauvage dans le regard de son meilleur ami.
Les pas des employés du SAMU, des policiers et peut être aussi des pompiers crissaient dans le sable de plus en plus près de Syla, elle comprit en essayant d'entendre d'où venaient les bruits qu'elle était encerclée, quand soudain une main lui attrapa le poignet et la tira en arrière. Dans l'élan elle se cassa la figure dans un buisson creux! Devant elle se trouvait un visage livide presque aussi paniqué que le sien, une lèvre ensanglantée, qui la dévisageait en ouvrant de grand yeux bleus clairs cernés de noir. Un doigt sur la bouche, la fille en bleu et noir, celle qu'elle avait admiré dans le bus, l'implorait en silence de ne pas faire de bruit. Et alors elle chuchota aussi doucement que le courrant d'air qui carressa la joue de Syla à ce moment là:
-Ne bouge pas et calme toi, on va attendre ici qu'ils partent.
Syla ouvrit la bouche:
-Tu... tu ... tu est k... qui toi? bégaya t'elle tout-bas.
-Mélisse, ton ami m'a sauvé la vie... Maintenant Chhhhttt!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sylaphianes.site.voila.fr/index.html
 
Chapitre 22) - Mélisse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livre d'or de Sylaphianes :: Catégorie temporaire du site en construction. :: Roman :: Le Roman, chapitre par chapitre-
Sauter vers: